Attente – Troisième : Les Plaies

Posté par hommedenonvie le 25 septembre 2010

Proche de la douce folie au bords tranchants
Le goût de tes lèvres a disparu maintenant.
Se contenir, un moment de plus, puis mourir
En dedans.

Puis renaître, bêtement, pour un geste en ma direction
Qui ressemble à tout, même aux faux mouvements
Et ranime une flamme qui m’a déjà trop brûlé
Me laissant pantelant, incapable d’oubli.

Parfois je te préfère morte, en moi :
On ne s’endeuille pas de l’objet d’un désir
Tant qu’il subsiste dans nos plaies.

Pâle oubli face à ta chaleur
Aujourd’hui, j’en suis à égale distance
Des deux, et le soleil en rit.

Laisser un commentaire

 

Broderies |
Instantanés littéraux d'Afr... |
Réflexions pédagogiques par... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clopidogrelfr
| "UNE OMBRE SUR L'ÉPAULE"
| Mémoire de mots