Attente – Première

Posté par hommedenonvie le 25 septembre 2010

Un soir de plus, où je t’attends,
En vain, une pierre de plus sur mes épaules,
Encore une ride, marquée au cœur
Qui se ferme presque de t’attendre ouvert.

Le brûlant souvenir de tes cheveux dans la nuit
Ne suffisent plus; ils me lacèrent,
Et de ta présence au loin, je suffoque -
De savoir que ton odeur n’est plus mienne.

Ton sourire aujourd’hui, de cette innocence qui blesse,
Et tes promesses volatiles, faites de lames à blanc,
La lointaine douceur de ta peau, de ta voix,
J’en pleure maintenant de les avoir affrontées.

N’étais tu mienne qu’un instant?
Le vent des nuits d’août n’ont pas de réponse.
Tout juste chuchotent ils ton nom -
Et leur fraicheur de me mordre.

Laisser un commentaire

 

Broderies |
Instantanés littéraux d'Afr... |
Réflexions pédagogiques par... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clopidogrelfr
| "UNE OMBRE SUR L'ÉPAULE"
| Mémoire de mots